Histoire des écoles de magie

Musique d'ambiance

L’histoire sulfureuse de la magie a pris toute son ampleur durant l’Ere des Rolands. Entre politique, magie et drames, les écoles ont toujours tenté de tirer leur épingle du jeu :

  • 1113 : première évocation de la part de Albérich Tyrionval, mage reconnu de son état, de la construction d’une école de magie. Suite au refus catégorique de Roland Ier, il s’en va établir les prémices d’une école seul. De faible envergure, elle ne compte que trois élèves, elle s’aggrandira jusqu’en 1115 pour atteindre 15 élèves.

  • 1115 : Roland Ier entame sa conquête des terres, pour ce faire, il enrôle de force des mages établis et pratiquants. La famille Tyrionval étant essentiellement composée de mages, les leurs se font pratiquement décimer.

  • 1130 : Albérich Tyrionval sollicite Roland II afin d’obtenir l’accord et l’aide de la couronne de son projet. Le projet est accepté et les travaux débutent à Proncilia en Renop pour finir en Yuyio 1130. L’école a un succès qui résonne dans tout le nouveau Royaume enfin devenu prospère. C’est une demeure appartenant à Albérich Tyrionval qui est utilisée et aggrandie au cours de ces premiers travaux.

  • 1134 : Afin de pallier à l’arrivée de nouveaux élèves, l’école aggrandit ses locaux. Elle le fera successivement en 1134 – 1139 – 1145 – 1157.

  • 1142 : Halbros Fossecrelle décide de bâtir une école de magie à Gathol et une autre à Trigorn. De taille inférieure, il s’associe aux Azunel pour la faire reconnaître.

  • 1140 – 1160 : Période dite « Des Cendres », les écoles de magie se renouvellent, les mages sont désormais autorisés à étudier la magie noire dans le cadre des écoles uniquement, et ce afin de lutter contre cette magie. Cette pratique n’est en vigueur qu’à Gathol et Trigorn.

  • 1160 – 1212 : Cette Période a vu l’avénement de l’école de magie de Proncilia comme l’une des références en magie. Suite aux idées des directeurs de la famille Fossecrelle des deux autres écoles, la magie noire y est enseigné. Ainsi, elles s’attirent les foudres de l’opinion publique et, à terme, celles du Royaume. Sa pratique sera formellement interdite par décret royal en 1212. Ce décret royal fait suite à des suspicions quant à un éventuel assassinat de Roland III par le biais de la magie noire.

  • 1214 : Ascension de la famille Tyrionval dans la noblesse grâce au mariage avec les Azunel. Ils s’étendent à Argelas et prévoient d’y construire une école de magie.

  • 1218 : Drame de Pignoval. Les plaines entourant Proncilia couplées aux scandales de magie ayant eu lieu durant l’affrontement sur la plaine du Carnage où, encore aujourd’hui, la végétation peine à pousser, font de la magie un art occulte et dangereux. C’est un drame également pour les différentes écoles de magie qui voient leurs élèves disparaître un par un. Aujourd’hui encore, la réputation de la magie souffre de ces événements. La construction d’une école à Argelas est annulée, la famille Fossecrelle ne se remettra pas de cet énième impact sur leur réputation. Ils laisseront la suite de l’école de magie au Directeur David Thabeg

  • 1219 : Signature d’un traité entre les différentes écoles de magie, celui-ci assure désormais une association entre Trigorn et Proncilia, il établit ainsi les différents certificats d’aptitude magique par le biais de 5 niveaux : Novice, Amateur, Mage Agréé, Expert, Maître. Ce traité est établit par des professeurs et des mages tout particulièrement qualifiés. Ils s’imposent rapidement comme une référence dans le domaine de la magie et se font appeler l’Assemblée des Mages.

  • 1234 : Remise au goût du jour, la Théorie du Lien fait fureur dans le domaine magique. Etablie et la sphère d’affinité créée par Rehnya. Cette femme est une figure méconnue du domaine magique, des suppositions concernant son appartenance à la famille Fossecrelle et un nouveau scandale font de nouveau disparaître la théorie du lien en moins de six mois.

  • 1245 : La Théorie du Lien fait son retour, après la disparition de Rehnya, adoptée afin d’inciter les élèves à aller dans certaines voies