Démonio

Démonio_edited.png
Démonio.png

Musique d'ambiance

Démonio est le dieu de la souffrance, des enfers et des catastrophes naturelles. Il a été, avec Donblas, le premier Dieu de notre panthéon. Il est issu des Ténèbres qui affrontèrent la lumière. Il a créé, avec Donblas, la Dilia une île a milieu de l'océan entourée de flammes qui gèlent toute personne s'essayant à y pénétrer. Très rapidement il a été intéressé par les démons et la légende raconte qu’il vécut avec eux devenant une figure reconnue et leur dirigeant. Il est aussi le Dieu à l'origine du sacrifice des elfes noirs qui donna naissance à Vanilius Dieu des tourments de l'âme et guide des morts vers l'au-delà.

Relations du Temple avec le Royaume des Rolands : Démonio est peu impliqué dans la vie courante, pour des raisons évidentes. Cependant, le Royaume fait parfois appel à eux en tant que bourreaux que ce soit pour les exécutions ou pour la torture de certains criminels particulièrement coriaces. C’est fait de manière discrète et subtile, jamais admis face au Peuple. Le Peuple quant à lui entretient une relation particulière vis-à-vis de ce Temple craint et peu accepté, néanmoins il arrive que des individus ayant de grandes souffrances physiques y aillent afin que le Temple apaise leurs souffrances.

 

Le Temple principal de Démonio est situé dans la forêt des Ombres.

Dans le Royaume, chaque mois est associé à la célébration d'un dieu, celui de Démonio est le mois de Grimstel à cause des chaleurs infernales dignes des enfers.

carte.png
Démonio_edited.png
Histoire

Ténèbres et Lumière régissent l’intégralité des univers. L’un ne peut exister sans l’autre, et ils touchent chaque partie des mondes à leur façon. Sur les murs antiques et les artefacts anciens que Ténèbres et Lumière laissèrent sur notre monde, il est écrit qu’ils créèrent ensemble deux entités aux immenses facultés, cependant l’enveloppe charnelle était trop petite pour tout ce pouvoir, le surplus de pouvoir se déversa ainsi sur terre créant la vie telle que nous la connaissons, ainsi que les êtres vivants tels que les humains, les elfes, les Tinymony's, etc.. Cependant, les deux êtres furent créés et sont les premiers dieux de notre panthéon : Démonio et Donblas. Ils gardèrent dans un premier temps le rôle d’observateurs, pour cela ils créèrent au milieu de l’océan, une île entourée de flammes qui gèlent quiconque osant y pénétrer. Cette île divine, réservée aux dieux, est la Dilia. Démonio fut le premier à sortir du rôle d’observateur en s’intéressant à la race des cornus rouges, il vécut avec eux comme partisan de leur race et devint un haut placé dans leur peuple, il prit cette race sous son aile et leur offrit ses faveurs : ils eurent ainsi le nom de démons rouges. Les légendes racontent également qu’il choisit quelques élus parmi les pires hommes ayant existé et leur offrit ses faveurs également, étendant l’espèce des démons.
Un soir, Démonio se dirigea vers une contrée d’elfes noirs et décida de tous les sacrifier dans un même souffle. Leurs âmes synchronisées avec la volonté de Démonio permirent la naissance d’une divinité : Vanilius, le Guide et Maître des tourments de l’âme.

Artefact Divin

L’objet divin le représentant est la Lance de Démonio. Aussi appelée lance de la mort, la lance de Démonio est une arme amenant destruction et malheur sur les terres qui eurent rencontré le possesseur de l’arme. Elle corrompt son possesseur, l’amenant là où elle le désire. Il tombe peu à peu dans la soif de pouvoir et son désir de tuer s’intensifie. Le sang et la mort deviennent ses nouvelles raisons de vivre. Il devient peu à peu insensible et meurt rongé par la haine. Peu d’humains ne survivent à cette lance, chaque possesseur en est mort. La haine l’emporte petit à petit. Seul les démons et elfes noirs résistent à cette haine incessante, même si elle l’emporte sur eux, eux emportent la mort. C’est une longue lance constituée d’un matériau ferreux assez résistant. Sa pointe imposante est tachée du sang de ses victimes précédentes, encrant à jamais leurs morts sur cette lance. Dans la partie haute, un long serpent de métal entoure le manche. Elle est assez lourde pour les humains montrant le poids de la douleur qu’elle transmet, mais pour les démons dotés d’une forme incommensurable, elle n’est qu’un vulgaire sceptre de la mort. Comme pour les autres armes, des symboles d’une ancienne langue de Vesperae sont écrits en colonne sur la manche de la lance. Son pouvoir est celui de la mort et de la douleur. Au seul contact de sa pointe sur le cœur, la personne meurt, mais qui qu’elle soit, son âme dérive dans les méandres de la mort et de la souffrance éternelle. Cette lance n’est que la représentation physique du chaos. Elle n’apporte que pouvoir et destruction.

BG réécrit en prenant des inspirations de la Citadelle des Rêves en trois liens : ici, ici et ici.