Loup-Garou

Musique d'ambiance

Les loups-garous, aussi appelés mordus ou, à tort, lycans, se divisent en deux catégories :
- Les nés,
- Les transformés. 

Les nés sont des individus issus d'au moins un parent loup-garou (détails plus bas, dans la partie "reproduction"), alors que les transformés sont des personnes d'autres races parmi la liste des races pouvant être "infectés" (détail plus bas dans la catégorie "Infection") qui ont été transformés, suite à cette infection.

Caractéristiques physiques

Comme les peuples des lycans, les loups-garous sont des humanoïdes à l'apparence lupin, mais ils partagent aussi quelques différences. En effet, la physionomie des loups-garous va évoluer selon leur mentalité. Plus ils seront "sauvages", plus ils se rapprocheront d'un gros loup, moins ils seront sauvages, plus ils tendront vers les lycans. Cette évolution n'est, bien sur, pas instantanée, tout comme l'évolution psychologique qui la provoque. Elle prendra des semaines et se fera petit à petit. Cette modification changeant la physionomie du corps, elle est particulièrement douloureuse. Leurs caractéristiques et capacités physiques varieront avec la forme. Bien entendu, il n'existe pas trois formes bien distinctes mais bien différentes variantes entre ces trois extrêmes.

→    Pleinement animal : Le loup-garou aura un corps pleinement adapté à la quadrupédie et sera incapable de tenir longtemps une posture bipède, voir incapable. En cela il sera très proche d'un gros loup.

→    Bestial : Le loup-garou aura un corps permettant à la fois la quadrupédie et la bipédie mais jamais de manière optimale. De ce fait, il aura généralement une posture entre les deux qui sera dérangeante tant pour les animaux que pour les humanoïdes.

 


→    Pleinement animain : Le loup-garou aura un corps pleinement adapté à la bipédie, avec un corps plus proche d'un lycanthrope. Il lui sera très compliqué voir impossible d'user de quadrupédie.​

animal.png
bestial.png
animain.png
Caractéristiques mentales des transformés (pour les nés, voir "reproduction") :

Les loups-garous sont soumis a des instincts bestiaux assez forts, qui vont généralement entrer en conflit avec leur état d'esprit d'origine. Une lutte va donc se passer entre la volonté "humaine" du loup-garou et ses instincts animaux. Cette lutte ne trouvera pas forcement de point d'équilibre, pouvant provoquer la folie chez l’individu ou alors elle pourra s'équilibrer vers un comportement très instinctifs et animal ou plus civilisé et proches de origines du loup-garou.

  • Pleinement animal : Le loup-garou agira de manière très instinctive et très proche d'un loup. Selon son degré d'animalité, il est même probable que la parole lui soit très difficile. Malgré tout, il restera capable de comprendre les langage qu'ils connaissaient et aura une capacité de raisonnement beaucoup plus poussée qu'un simple loup. Malgré tout, il sera beaucoup plus à l'aise avec les codes sociaux des loups et sera très sensible aux territoires, à la possession et à la provocation (typiquement, le regard).

  • Bestial : C'est un état généralement instable et très douloureux car les deux volontés s'affrontent en permanence pour prendre le dessus et provoque aussi une instabilité (très légère) de la forme physique qui fait que le loup-garou est presque constamment en train de souffrir de ses changement physique. Cela, en plus de son instabilité psychologique, le rendent instable, agressif et il se focalisera sur sa survie et ses besoins primaires, seuls points de concordance entre les deux psychologies. A force de lutter contre ses envies contradictoires, le loup-garou pourra finir par sombrer dans une folie plus bestiale qui le poussera à la brutalité et a vouloir prendre ce qu'il désire sans concession.

  • Pleinement animain : Le loup-garou agira de manière plus civilisée. Il aura consciences des codes moraux et sociaux humanoïdes même si ses instincts encore présent pourront lui faire refuser de se plier a certains d'entre eux. Ils resteront malgré plus impulsifs et apprécieront moins la complexité de certaines choses, préférant se simplifier la vie. Ils seront aussi beaucoup plus attirés par la nature et la foret que part les villes humaines. Il sera donc très rare de voir un loup-garou vivre pleinement en ville.

 

Reproduction

Les enfants ont les mêmes spécificités que les parents, même si leur psychologie sera généralement moins conflictuelle dans la majorité des cas. On retrouve trois grands cas de reproduction possibles :

  • Entre eux : un cas assez répandus chez les loups-garous pleinement animaux ou pleinement animain. Généralement, chaque catégorie formera avec ses semblables des groupes dans lesquelles se noueront des relations. Dans ce cas, l'enfant sera, à la naissance, similaire à ses parents, autant sur le plan physique que psychologique. Malgré tout, et même si cela est plus rare et rarement issu de relation de couple, l'accouplement est possible entre deux loups-garous quels que soient leurs formes. Dans ce cas, l'enfant sera partagé entre ses deux origines, provoquant un physique "entre deux" et une psychologie conflictuelle. S’il n'est élevé que par un des parents, il s'orientera naturellement vers cette forme et psychologie. Sinon, il se peut qu'un conflit similaire aux transformés apparaisse chez l'enfant, qui sera moins à même de le gérer, n'ayant pas le recule d'une vie que possède un humanoïde transformé. L'instabilité d'une mère loup-garou affectera l'enfant et plus elle aura été instable, plus l'enfant le sera à la naissance.

  • Avec les races contaminables : si la femelle n'est pas une loup-garou lors de l'accouplement, l'acte provoquera la transformation à terme, et l'enfant naîtra bien après cette transformation et sera un loup-garou se pliant aux règles du cas précédent. (Digression : Pour la femelle, porter l'enfant pourra aider a la stabilité psychologique qui sera plutôt en faveur du coté sauvage, la protection de l'enfant pouvant devenir une priorité vitale si la part "humanoïde" accepte l'enfant. Si la part humanoïde rejette l'enfant, alors cela accentuera le conflit et la bestialité du loup-garou). Si la femelle est une loup-garou lors de l'accouplement (et donc le mâle non), le cas sera très similaire à un cas ou le mâle est un animain, avec une part humanoïde d'autant plus poussée.

  • Avec les loups ou les lycans : les cas seront similaires aux cas des loups-garous entre eux, en considérant les loups comme une version exacerbée du loup-garou pleinement sauvage et le lycan comme une version exacerbée du loup-garou pleinement animain.

Infection

L'infection se transmet par contacte du sang principalement, la morsure étant le moyen le plus "simple", provoquant un contact sang/salive qui contaminera la victime. Cela dit, une blessure léchée par un loup-garou ou un rapport sexuel avec un loup-garou provoqueront eux aussi la transformation. Si la morsure est la transmission symbolique et connue, elle est loin d'être la seule. Les races pouvant être infecté sont : les humains, les elfes, les elfes noirs, et les démons (sauf cas particuliers, notamment les cornus rouges et leurs descendants).​

L'infection va provoquer une modification conséquente du corps de la personne pour l'amener à prendre une apparence lupin :

  • Des poils vont recouvrir son corps

  • Ses jambes vont se transformer pour se rapprocher des pattes arrière de loups, tout en conservant les articulations classiques des humains.

  • Ses mains et ses pieds vont se transformer pour se rapprocher des pattes de loups. Ils auront des griffes et des coussinets. Les coussinets sur les pattes avants seront plus ou moins importants selon l'animalité. De plus, et contrairement aux lycanthropes, les loups garous gardent leurs cinq doigt de pieds. 

Patte.png
  • Sa tête prend la forme d'un museau de loup. - Etc. Cette transformation commence lors des nuits de pleine lune et va durer environs toute la nuit. La douleur ressentit lors de la transformation est particulièrement forte. La transformation va aussi réveiller les instincts lupins qui entrerons dès lors en conflit avec la personnalité de l'humanoïde. Avant la pleine lune, l'humanoïde commencera a être influencer par ces instincts. Il commencera a être attirer par la foret, la chasse, et les choses plus simple. Il sera aussi plus sanguin qu'avant. Avant la pleine lune, il pourra repousser cet instinct sans trop de mal en condition de calme. Enfin, une fois la transformation terminée tout lien avec la magie sera rompu. Les loups-garous ne ressentent ni ne peuvent utiliser la magie profane.

Société
Les loups-garous n'ont pas de royaume où vivre spécifiquement. Ils vivent généralement dans les forêts de leur royaume d'origine et vivent en marge de la société. Ils sont particulièrement crains de part leur capacité à transmettre leur état et l'agressivité sauvage d'une partie de la population.

On va distinguer trois grand cas de situation social :

  • Les loups solitaires : C'est le cas d'une bonne partie des plus sauvages, quand ils ne sont pas capturé par des personnes peu scrupuleuse. L'état instable de la psyché empêche un réel lien social avec d'autres. Certains animains préfère aussi cela, et vivent en marge des villes plutôt que de vivre en meute.

  • Les meutes : Les animains finissent souvent pas se retrouver entre eux. Il est même commun qu'un jeune mordus soit "capturé" par une meute afin de l'aider à trouver un équilibre, chose particulièrement dur à réussir seuls. Les meutes s'organisent comme elles peuvent en générale, chacun trouvant son propre modèle. L'influence des meutes de loups se fait généralement sentir mais la structure sociales comme le nombre de loups peuvent être très différent d'une meute à l'autre.

  • Concernant les pleinement animaux, ils vivent généralement en meute de petit nombre, et qui se rapproche fortement des meutes de loups.

  • La vie en société : C'est un cas rare, car ils sont généralement mal vu par les races locales, mais il arrive que certains loups-garous vivent au cœur du royaume. C'est notamment plus courant chez le royaume des lycanthropes, au vu de la plus grande proximité physique, mais ils restent des marginaux subissant un fort racisme.

Organisation classique d'une meute :
Dans les deux cas (pleinement animal ou pleinement animains), on va retouper de nombreuses similarité sur l'organisation de la meute :

  • Le chef (ou la cheftaine) de meute : Il (ou elle) est généralement le loups-garous le plus fort du groupe, mais pas uniquement sur le plan de la force brute. On attend d'un chef de meute d'être assez malin pour savoir se défaire de la plupart des situations périlleuses qui seront mis sur son chemin. 
    Son rôle est de diriger la meute et de la protéger. Un chef loup-garou est sur le champs de bataille, en première ligne pour protéger les siens et les guider à la victoire.
    Il n'est généralement pas élus par la meute, mais s'impose par sa force et sa prestance. Pour devenir chef, il faut généralement destitué l'ancien chef lors d'un duel, a moins que celui-ci, s'il s'estime devenu trop faible pour protéger la meute, ne cède sa place. Auquel cas, il ne désigne aucun successeurs mais les prétendants devront prouver, lors de duels, qu'ils méritent cette place plus que les autres.

  • Les chasseurs (ou chasseresses) : Ils forment une grosse partis de la meute et partent en groupe. Ils sont chargés de trouver de la nourritures pour la meute mais aussi d'explorer les alentours et veiller à la sécurité. Leur flair et leur ouïe sont aiguisé, autant que leur discrétion. Ils peuvent servir à mener des attaques surprises sur leur ennemis, qu'ils attaquent souvent en groupe.

  • Les guerriers (ou guerrières) : Ils forment les défenses du camps, et ils y restent pour protéger les plus jeunes et les plus faibles lors des chasses. Ils veillent aussi sur le camps, pour faire respecter les lois de la meute au sein même de celle-ci. 

  • Les guérisseurs (ou guérisseuses) : Ils veillent à la santé du camps mais aussi à tous les aspect spirituels de la meute. Ils sont aussi ceux qui forment les nouveaux loups-garous pour les aider à trouver l'équilibre. Ils sont donc ceux qui s'occupent en majorité des enfants de la meutes.

Malgré tout, cette unité ne doit pas être vu comme perpétuelle. Les loups-garous savent aussi prendre leurs distances avec leur pairs, et la plupart ont une individualités forte. Pour cela, les meutes loups-garous sont changeantes, les uns partants, d'autre venants rejoindre ce groupe, au grès de ses idéaux. L'unité ne se fait que face à l'adversité, chaque loup-garou tenant fortement à son indépendance.


Croyances
Les croyances peuvent être très variée d'un loup-garou ou d'une meute à l'autre. Ils évoluent souvent de manière indépendantes et leurs liens avec le royaume influe sur leur culture et leur croyance.

Malgré tout, on retrouve souvent des éléments communs :

  • Les lunes : Les deux lunes ont une place particulière pour les loups-garous. Elles sont ce qui les transforment et seront donc un élément primordiale dans leur culture. Elles peuvent être haït ou craintes, puisqu'elles sont l'origines de cette nouvelle vie, mais cela est plutôt rare. Au contraire, elles sont généralement vénérée comme "guides" ou comme "gardiens". L'histoire de ces lunes entre d'ailleurs généralement en résonnance avec la nature même des loup-garou : une entité unique, scindée en deux par le conflit.

  • La nuit : Les loups-garous subissent les instincts lupins et seront donc enclin a vivre la nuit. La nuit sera donc très présente dans leur croyance et leur culture. Elle est, de fait, la périodes où les lunes sont visibles et l'heure propice à la chasse.

  • La dualité : La dualité est un aspect très important chez les loups-garous, du fait de leur nature entre "humain" et animal. Ce n'est qu'en trouvant l'équilibre dans ce conflit que le loups-garous pourra commencer sa nouvelle vie, mais cet équilibre peut basculer à tout moment et il faut donc veillez à maintenir cette dualité unis, afin de ne pas perdre la raison. De ce fait, le concept de dualité est très présent chez cette race.

On retrouve couramment beaucoup de concept lié aux éléments naturelles et à la forêt tout le long. Bien entendu, deux déesses sont primordiales dans cette culture : Narthe et Danava. Narthe pour le combat et la chasse, Danava pour la nature dans sa globalité : le naturel ne se dissociant pas de l'animalité et du conflit. Willangis, étant lié à la nuit et aux lunes, est aussi très présent dans cette culture.


Origines supposées
Personne ne sait réellement d'où proviens ce phénomène. Plusieurs théorie reposent sur cette origines :

  • Origine divine

Le phénomène peut issue de Narthe pour pousser les être à la chasse et aux règles primaires qui régissent le monde : la loi du plus fort. Bénédiction pour certains, malédiction pour les autres, elle récompense les plus fiers combattant ou punis les faibles et les oisifs en leur offrant un monde ou seul la chasse et la force compte.

D'autres songent à Danava, pour promouvoir un retour à la nature pour les humanoïdes qui développent des royaumes de plus en plus grands, oubliant les origines primaires de la vie, la beauté d'une vie simple en nature.

D'autres dieux sont parfois cités, mais plus rarement. Une punition de Vanilius, qui aurait divisé l'ame pour tourmentés les êtres. Willangis est aussi parfois cité comme potentiel dieux createur des loups-garous, même si on lui prefère généralement l'origine "lunaire".

 

  • Origines profanes

L'influence des lunes est manifeste chez les loups-garous. Elle est l'origine des changements. Nombreux, principalement chez les loups-garous eux même, ceux qui voit en les ames d'Amarantes et de Davos, la réelle origines du phénomènes. La rupture d'une chose autrefois unis, voué à ne jamais s'unifiait, mais éclairant ensemble la nuit, comme les deux "ames" du loups-garous s'accordent pour guider un seul être.

D'autres pensent à des expériences Sarousans ou issue de magie noire, un rituel Lycan ayant mal tourné, ou plus simplement, une maladie spéciale encore largement incomprises.

Texte écrit par Ràlas.